French

Ecocopro

Le site sur les économies d’énergie en copropriété
Recherchez un article ou un dossier

6 nouvelles mesures pour le DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

Six mesures ont été annoncées pour tenter de rendre plus fiable un DPE largement décrédibilisé. La profession sera davantage contrôlée, le DPE plus argumenté et, pour éviter les fraudes, le ministère a mis en ligne un annuaire permettant de vérifier qu’un diagnostiqueur est bien certifié.
Le gouvernement avait promis en octobre 2010 une fiabilisation du diagnostic de performance énergétique (DPE). Six mesures ont été annoncées hier à cet effet. A partir du 1 er janvier 2012, les données saisies pour le diagnostic passeront ainsi de 30 à 60 et seront jointes au DPE pour le justifier. « Augmenter le nombre de données évitera que le logiciel assigne des valeurs par défaut aboutissant à un DPE différent selon l’opérateur et le logiciel utilisé », explique Xavier Faure, du cabinet de conseil Deveko, tout en soulignant  : « Cela impliquera plus de temps, donc un surcoût, de l’ordre de 30 % ou 40 % sur la base d’un DPE d’environ actuellement 100 euros. » Il deviendra obligatoire d’utiliser un logiciel de calcul agréé et une base de données rassemblera la totalité des DPE, pour mieux suivre les pratiques.

MONTEE EN COMPETENCE

Par ailleurs, l’Etat s’attelle à la montée en compétence du secteur, soit 7.500 diagnostiqueurs exerçant en majorité dans des entreprises de moins de 3 personnes. Le niveau de l’examen de certification sera relevé, les diagnostiqueurs devront être bac + 2 et ils seront astreints à une formation continue. Ils doivent par ailleurs repasser leur certification tous les cinq ans et la première vague de « réexamen » interviendra l’an prochain. Pour éviter les fraudes, le ministère a récemment mis en ligne un annuaire (« diagnostiqueurs.application.developpement-durable.gouv.fr ») permettant de vérifier qu’un diagnostiqueur est bien certifié et d’avoir accès à ses coordonnées.

« Ces mesures sont sans surprise : elles précisent simplement les annonces faites en octobre 2010, juge Benoît Fauchard, en charge de la thématique DPE à la Fnaim. Mais il reste des zones d’ombre, notamment le contenu et les modalités de la formation continue obligatoire. » La question est sensible, car la formation n’est pas gratuite. « Le coût de la recertification devrait être, en incluant la formation, de l’ordre de 10.000 euros par opérateur, estime Xavier Faure. Il est donc probable que ceux approchant de la retraite y renonceront.»

Si le secteur est jeune (le premier diagnostic, l’amiante, date de 1996 et le DPE de 2006), ce n’est pas le cas des diagnostiqueurs : ils sont généralement issus de reconversions professionnelles, la moyenne d’âge du secteur est de 47 ans et les mesures annoncées engendreront probablement le départ de la première génération, ceux reconvertis à 50 ans dans les années 1990.

Source Les Echos 14/09/2011 – Myriam Chauvot

Un article du site:

http://www.inforenovateur.com/document/lire/698_letat-prend-des-mesures-pour-fiabiliser-le-diagnostic-de-performance-energetique


Vous devriez aussi aimer

Les mesures 2012 pour le développement durable et les économies d’énergie dans les batiments
Le Gouvernement vient de rendre publique la liste des mesures qui seront prises ou améliorées...
Obligation de travaux d’économies d’énergie à GENEVE (SUISSE)
A l'heure ou l'on parle d'instaurer à terme des obligations de travaux d'économies d'énergie,...
Thumblated Related Post

Les Commentaires sont clos