French

Ecocopro

Le site sur les économies d’énergie en copropriété
Recherchez un article ou un dossier

Interview de Mr Emile Lagarde,Expert Conseil en Rénovation Energétique en Ariège

 

 

images

 

 

1 – Comment définissez-vous votre profession ?


Avant toute chose pour être expert conseil en rénovation énergétique, il faut avoir de bonnes connaissances dans les métiers du bâtiment, ainsi que la maîtrise des calculs thermiques. Après quoi vous suivez une formation adaptée avec un examen devant un jury vous permettant d’obtenir une certification.
Une fois que vous êtes expert conseil en rénovation énergétique le plus gros problème reste à vous intégrer dans le système, trouver votre place dans le cadre des travaux de rénovation.
Lors de travaux d’amélioration énergétique, le particulier, fait appel en général à un maître d’œuvre, à un artisan ou consulte directement l’ANAH, qui vont lui proposer, soit le montage d’un dossier pour des aides, soit des devis de travaux, ou soit des conseils.

Mais voilà tout cela va être donné dans le désordre, sans réfléchir à des solutions techniques précises adaptées à chaque cas, avec un plan de financement faisant ressortir les retours sur investissement, ainsi que les différentes aides et labels.

Il faut savoir que les particuliers, ont besoin d’une évaluation du chemin à parcourir pour réduire leur facture énergétique, d‘une information sur les solutions techniques et les équipements, d‘une aide à la priorisation de leurs travaux. Pour cela, il faut connaître les rouages des autorisations de travaux, détecter les solutions de financement les mieux adaptées au client, et identifier les compétences clés qui sont nécessaires à la réalisation de travaux de qualité. Tout cela ne s’invente pas, il faut mettre en place des méthodes de travail, qui permettent d’obtenir un résultat fiable dans le temps.
Pour le rénovateur énergétique, l’une des difficultés du métier consiste en la grande variété des savoirs à posséder: pouvoir faire des relevés précis du bâti et des équipements, connaître l’ensemble des réglementations techniques aussi bien des matériaux que des normes de construction, la maîtrise des énergies renouvelables, des équipements de nouvelles technologies (solaire, éolien, bois, biomasse), les devis de travaux afin de mettre en place les aides et les plans de financement. Enfin, maîtriser l’outil de simulation informatique avec les logiciels existants (RT 2005, TH-CE ex, RT 2012), ainsi que la thermographie infra rouge et le test d’infiltromètrie.
Voilà comment on définit la profession d’expert conseil en rénovation énergétique, mais il y a un point important qu’il ne faut pas oublier, c’est les notions d’expertise et d’indépendance, qui permettent d’être crédible et de pouvoir faire la différence par rapport aux autres métiers qui concernent la rénovation énergétique. J’ai été un peu long, mais comme ce métier de conseil est nouveau, j’ai souhaité détailler les prestations qui vous sont proposées.
2 – Quels sont les certifications officielles de cette profession ? Pouvez vous détailler la votre et les autres?
Tout d’abord il existe deux dénominations : l’Expert en rénovation énergétique (ERE) et l’Expert conseil en rénovation énergétique (ECRE). Entre les deux, il n’y a aucune différence en ce qui concerne le savoir faire, c’est simplement au niveau de la certification qui est délivrée par différents organismes. Quoi qu’il en soit, chaque organisme procédant à la certification de personnes, doit lui-même être certifié par le COFRAC (Comité français d’accréditation).
En ce qui me concerne j’ai suivi une formation pour devenir ECRE par l’intermédiaire du Cesi-Entreprises et j’ai obtenu une certification du Cesi-PROMODUL avec application de la BAO Pro 2R.
Cette certification me permet de réaliser des audits énergétiques avec mise en place de l’éco-prêt à taux zéro, des labels et d’un plan de financement avec retour sur investissement. Bien entendu à tout cela on doit rajouter une assurance responsabilité civile professionnelle (RCP) pour apporter une garantie auprès des clients.
Il y a aussi d’autres certifications par exemple celle délivrée par l’ I-cert et Promotelec pour l’ERE avec l’application de la BAO Promodul.

 

3 – Comment pouvez vous faire octroyer à vos clients des subventions ou aides diverses pour les travaux?

Dans le cadre d’un audit énergétique, nous faisons un état des lieux qui nous permet de déterminer la consommation énergétique du logement. Afin de réduire cette consommation, nous calculons un certain nombre de travaux entre 4 et 8 et nous identifions ceux qui permettent d’obtenir le meilleur gain énergétique avec des coûts raisonnables.

A partir de là, nous prenons en compte 1, 2 ou 3 travaux qui vont être référencés pour l’éco-prêt à taux zéro, ce qui donne 10 000, 20 000 ou 30 000 € sur 10 ans. En outre lors du montage d’un dossier auprès de l’ANAH, on obtient des aides de l’Etat qui sont calculées par rapport à certains critères, comme les revenus des propriétaires, le montant des travaux de rénovation basés sur des barèmes définis par l’ANAH. Il y a aussi la possibilité en fonction des labels obtenus et des travaux référencés par les impôts d’avoir des déductions fiscales. Nous avons aussi l’obtention des labels qui permettent de classifier le logement en fonction de sa consommation énergétique et ainsi d’augmenter sa valeur vénale.

Le premier label est le Label rénovation énergétique Promotelec mention étoile, le second le Label HPE rénovation 2009 et enfin le Label Effinergie rénovation dont la référence pour une habitation existante dans la zone géographique H2c est de 72,00 kWh/m².
Il faut savoir aussi que l’ANAH propose dans le cadre d’une assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO), un complément de subvention au bénéficiaire de l’aide aux travaux, lorsque celui-ci a confié à un opérateur agréé, le cas échéant à un expert conseil en rénovation énergétique, une mission complète d’assistance.
Dans le cadre de la précarité énergétique les collectivités locales peuvent apporter une aide pouvant aller jusqu’à 1 600,00 € sur le montant des travaux, mais cela est calculé en fonction des revenus.
Il reste aussi à envisager les contrat de performance énergétique (CPE), qui lorsqu’ils seront mis en place pourront aider à la réalisation des objectifs en matière d’économies d’énergie dans les bâtiments.

 

4 – Que ce soit dans les immeubles collectifs ou les maisons individuelles, quels sont les types de travaux que vous préconisez le plus pour faire baisser les charges d’énergies?

Pour ma part, les travaux prioritaires dans un immeuble collectif sont tout d’abord, le chauffage et la production d’eau chaude. C’est toujours le point faible, car si nous avons une chaufferie collective, soit la chaudière est ancienne et a un mauvais rendement, soit la distribution n’est pas isolée et il y a des pertes sur le réseau. Il en est de même pour la production d’eau chaude, à part si nous avons des ballons électriques individuels, mais souvent ils sont mal réglés ou trop vieux.

Ensuite il manque souvent une régulation (robinet thermostatique) sur les radiateurs. Un autre souci, ça concerne les menuiseries extérieures qui ferment mal ou qui sont dégradées par le temps, par manque d’entretient. Et enfin la ventilation, la aussi les bouches en plafond obstruées par les graisses et non entretenues et aussi les arrivées d’air bouchées par les occupants. Ce qui entraine de l’humidité dans les pièces d’eau ou les cuisines.

L’isolation des murs extérieurs ou des plafonds n’est pas le plus important car dans un immeuble cela ne représente pas une grande surface par logements.
Pour une maison individuelle c’est différent, la perte la plus importante se fait par la toiture, on doit donc isoler en premier les combles.

Ensuite vient le mode de chauffage, la production d’eau chaude et la ventilation. Souvent beaucoup de propriétaires focalisent sur les menuiseries extérieures, mais pour ma part un survitrage bien posé avec des joints sur des menuiseries en bon état permet un gain non négligeable.
Mais rien ne vaut un bon audit sur plusieurs postes afin de comparer dans chaque cas quel sont les

travaux qui permettent les meilleures économies, aussi bien en énergie, que sur le montant des travaux. Le but de l’opération c’est d’arriver à faire une bon compromis entre les économies d’énergie et les investissements.

 

5 – Pensez vous que les Régions puissent aider les citoyens à s’y reconnaître dans les économies d’énergies et jouent-elles le jeu avec des professionnels comme vous?

Dans chaque Régions il y a un organisme qui s’appelle l’ADEME et il participe au Grenelle de l’Environnement, il est représenté dans chaque département par les points Info-Energie.
Ces organismes ont été mis en place pour renseigner les citoyens sur les économies d’énergie, ils ont un rôle de communication avec l’ensemble de la population, ainsi que les acteurs participant à ces économies d’énergie. Après à savoir si l’information est suffisante ou si il y a assez de personnel pour donner des renseignements, ou encore si les particuliers sont prêts à faire la démarche, j’ai du mal à me faire un jugement.
Par contre il faut que tout le monde prenne conscience du problème, car nous manquons énormément de logements économes et le facteur 4 des accords de Kyoto (diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serres) est loin d’être obtenu.

Nous avons pris beaucoup de retard, surtout dans la rénovation énergétique des logements existant. Les textes de lois ne manquent pas, mais leurs applications ne se mettent pas en place, soit par manque de volonté, problèmes financiers, communication inexistante, manque de pilotage au niveau des pouvoirs publics.

Aujourd’hui on fait appel à des bureaux d’études reconnus, mais on oublie les petites structures comme les nôtres et malheureusement nous n’avons pas forcément les moyens pour faire de la publicité et d’expliquer aux particuliers les avantages qu’il pourraient avoir à faire réaliser des études énergétiques.
Je pense que les Régions sont là pour délivrer des subventions, et travailler avec les organismes publics tel que l’ANAH et les PACT, ou des organisations professionnelles comme la CAPEB ou la FFB. La solution on doit appartenir à une organisation professionnelle pour être reconnus.

 

6 – Que peut faire l’Etat de plus que ce qu’il fait en matière d’économies d’énergie. Comment peut il aider notamment votre profession susceptible de canaliser les problèmes afférents à une rénovation énergétique?

En matière d’économies d’énergie l’Etat doit tout d’abord faire appliquer les textes de lois qu’il a fait voter pour le Grenelle de l’Environnement et particulièrement sur la précarité énergétique.

Pour le moment rien n’est contractuel, on ne peut pas obliger les propriétaires à rénover leurs logements. Il n’y a pas suffisamment d’incitations quelles soit fiscales ou des aides par des prêts à taux zéro plus important, il faut faire participer les banques. La dynamique ne pourra venir que si on oblige la rénovation par l’intermédiaire de bonus/malus, à savoir identifier les gros propriétaires bailleurs qui ne veulent pas investir dans les économies d’énergie, au détriment de ceux qui voudraient, mais qui n’ont pas les moyens.

Car comme je l’ai déjà dit c’est une question de volonté, il faut aider ceux qui souhaitent s’impliquer dans cette démarche.
Quant à votre deuxième question, comment l’Etat peut nous aider, c’est d’expliquer qu’avant de réaliser des travaux de rénovation, il faut réfléchir aux moyens que l’on doit mettre en œuvre (étude thermique, plan de financement, maintenance après travaux, maîtrise des investissements), afin de réaliser un audit énergétique fiable. C’est faire comprendre à tout le monde que cette étude a de l’importance pour la pérennité des bâtiments, une fois que ceux sont rénovés.

ECOBE 09

LAGARDE Emile

10, rue du 8 mai 1945
09100 PAMIERS
E-mail : lagarde.emile@hotmail.fr

Site internet : http://ecobe09.over-blog.com

Vous devriez aussi aimer

Conseils pour économiser l’eau et l’energie dans les copropriétés
  Bouchez fissures et trous dans les murs, les plafonds, les planchers, les fenêtres et...
Le programme « HABITER MIEUX » d’aide au financement des travaux de l’ANAH
  Habiter Mieux est un programme d'aide au financement des travaux de rénovation...
Thumblated Related Post

Les Commentaires sont clos